Alain Juignet

  • Localisation : DURTAL
  • Profession : Retraité
  • Centres d'intérêts : la lecture, le cinema, la marche à pied, l'écriture, le bricolage
  • Citation préférée : Eclairons nos esprits, c'est notre loi première. '' V . HUGO ''

À propos de l'auteur :

Présentation de la quatrième de couvertur


Écrire un livre sur son histoire quelle prétention.
Il faut des fois rêver, et se faire violence, mettre aussi
Toutes les chances de son côté. Alors, c’est après
Que l’on peut faire partager son vécu, et dire
Heureux comme Ulysse qui a fait un long voyage.

Après avoir déjà publié le livre : « Boulanger de l’Extrême »
En février 2014, l’auteur a obtenu des articles de presse élogieux.

– Ouest-France : Les folles aventures du Boulanger cuisinier sarthois.
– Les nouvelles de Sablé-sur-Sarthe : Irak, Mururoa, RDA bienvenue chez Alain.
– Le Maine libre : Une vie comme un roman d’espionnage.
– Les échos de la vallée du Loir : Le boulanger de l’extrême, se livre ?
• L’Anjou laïque : Il témoigne sur son récit de voyage au bout du monde.
• Courrier de l’Ouest : Une vie d’Indiana Jones Alain Juignet a parcouru le monde et traverser l’histoire.
• Grand Angers : « Ce livre, c’est mon histoire »
• Invité de la rédaction en directe sur la chaîne de radio RCF.
• Invité sur une chaîne de radio sarthoise en direct pour une émission littéraire.

Billets de biographe1

Le livre d alain copie

Communiqué de Presse

Le boulanger aventurier se raconte dans un livre …

 

Bombe atomique, guerres, Allemagne de l’Est, tentative d’assassinat… Alain juignet, boulanger

de formation, raconte dans un livre ses aventures sur les quatre continents

 Avec ton cerveau en plastique tu n’iras pas loin…

                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Alain juignet est enfant lorsqu’il est foudroyé

par cette phrase lancée par son institutrice. IL la prend comme un défi et veut faire le tour du monde.

Sans certificat d’études, il s’engage en tant qu’apprenti boulanger à 14 ans. Suivant des études en école

hôtelière, puis des contrats dans des palaces français. « Ça ne me convenait pas, je voulais voyager »,

explique l’aventurier. Âgé d’une vingtaine d’années, Alain Juignet arrive à se faire embaucher dans la

compagnie transatlantique (marine marchande). Après quelques séjours en Méditerranée et sur des

plateformes pétrolières au Congo en tant qu’intendant, il prend la direction de la Polynésie française.

Témoin de quatorze essais atomiques…  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                               « Ils cherchaient du monde pour travailler pendant les essais

nucléaire », raconte le boulanger qui s’est transformé en spécialiste de l’hôtellerie. Il sera notamment

en charge de l’encadrement et de l’hébergement. Il reste trois ans à Mururoa. Le temps d’assister à

quatorze tirs de bombes atomiques, dont la première bombe à neutrons.  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Mais le jeune homme sans attache à la bougeotte…   

                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Alain Juignet finit par poser ses valises en Irak, en 1981. À l’époque, la guerre

avec l’Iran fait rage. « J’étais chef d’hébergement sur la base vie d’une entreprise qui agrandissait la

piste de l’aéroport Saddam Hussein de Bagdad », raconte le sarthois. « Toutes les magouilles étaient bonnes »

la date du 7 juin 1981 restera gravée à jamais dans sa mémoire. Ce jour-là, « les Israéliens ont bombardé

la centrale nucléaire d’Osirak. J’ai vu quatorze bombardiers passés en rase mottes au-dessus de nous.

Là j’ai eu peur. Il ne restait plus rien de la centrale. » 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                               Endurcie par ces expérience…                                                                                                                                                                                                                                                       Alain Juignet est envoyé au Nigeria, alors en proie à de grandes tensions entre chrétiens et musulmans. Son rôle ? Acheter

de la nourriture pour les camps de base vie pour Elf et d’autres entreprises du BTP. À l’époque, « il y avait

beaucoup de fric en liquide. Si on n’est pas un peu voleur, on ne tient pas. Toutes les magouilles étaient bonnes. »

Les grosses valises de cash attirent les convoitises : « des hommes armés sont entrés dans le guest House

ou on logeait. Ils ont abattu quatre décès de gardien. Il venait pour l’argent et pour nous tuer. »                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Jusqu’en RDA…

En 1985, Alain Juignet est envoyé à Zwickau, en RDA pour gérer la base vie d’employés de Citroën, parti

améliorer le fleuron de l’industrie est allemande : la fameuse Trabant. Problème : les supermarchés étaient

souvent limitée en produits. « Je devais aller à l’ouest pour trouver des choses qu’il n’y avait pas ici », raconte

Alain Juignet. La Stasi (police politique est-allemande de la DDR) lui fait un laissez-passer. Mais « c’était

Donnant-donnant. Je devais leur rapporter des choses comme de la lingerie pour leurs femmes. »

Vingt ans après le début de ses aventures…                                                                                                                                                                                                                                      le boulanger commence à se lasser. Il raccroche à 35 ans est défini

sa carrière dans l’industrie agroalimentaire. Toutes ces les aventures, il les a consignés dans des carnets

remplis scrupuleusement pendant vingt ans. Aujourd’hui, il publie un livre rempli d’anecdotes intitulé :

de Brazzaville à Singapour, les tribulations d’un boulanger voyageur. Aux Editions du NET.

De brazzaville a singapour alain juignet 2

Actualité littéraire

À chaque fois, C'est pareil. Le pragmatique Nous explique que c'est la crise, Qu'on n'y peut rien, Mais quand on apprend la disparition d'une librairie, notre cœur se serre.En 2017, à Venise, Dominique Pinchi tirait une ultime fois le rideau de fer de sa librairie française. Après 40 ans d'existence, elle fut remplacée par un restaurant. L'automne dernier c'est autour de la librairie française de Madrid, seul lieu en Espagne qui vendait exclusivement des livres dans la langue de Molière. La fin d'une histoire de plus d'un demi-siècle, commencer à bord d'une fourgonnette, et que relate le journal en ligne espagnole. Nous sommes au début des années 1950. Henri Avellan arrive en Espagne, fuyant, comme tant d'autres pieds-noirs, les premiers soubresauts de la guerre d'Algérie. Très vite, il se rend compte qu'il est difficile de se procurer des ouvrages en français. Alors, il se coiffe d'un béret, poser de travers, il fait la tournée des écoles du pays. Le Français est, à l'époque, la langue étrangère la plus enseignée en Espagne. Au printemps 1952, Henri Avellan inaugure sa librairie à Madrid. Les francophones et les élèves des deux lycées français de la capitale si pressent. C'est un succès. Les années 1990 voient l'arrivée d'un nouveau gérant, Francisco Abad. La concurrence d'Internet, notamment du site espagnol d'Amazone qui se lance dans les manuels scolaires en français, contrecarre ses efforts au cours de la décennie suivante. Dernièrement, Francisco ne vendait que le tiers du volume d'il y a, quelques années avec des marges plus faibles, explique-t-il au journal espagnol. Détail Navan, ses clients n'hésitaient pas à négocier des prix des livres au comptoir, sous prétexte qu'ils sont moins chers sur Internet.

Parcours alain354

Alain Juignet se livre...

                                 Prologue

                                       Travailler au bout du monde

Dans la vie, il faut se donner les moyens de surmonter les difficultés, d’apprécier les challenges et les voyages. L’auteur relate son parcours professionnel peu ordinaire dans un univers bien particulier, en ayant suivi un long chemin, un passé attachant conté avec tact, tendresse et sensibilité. Que l’on soit explorateur, aventurier ou simple touriste, la magie du voyage opère toujours. L’auteur nous fait partager son aventure dans des pays parfois difficiles, que ce soit sur les plans sécuritaire ou politique du pays, ou sur des îles lointaines, avec des modes de vie souvent particuliers, des religions différentes et des gastronomies variées. Ces aventures laissent en mémoire des années d’enchantement et d’insouciance, qui forment ensuite un certain art de vivre. Elles laissent des souvenirs impérissables et nostalgiques dans la mémoire du voyageur. Dans cet ouvrage libérateur de souvenirs, il relate son vécu et sa vision d’événements, que ce soit sur terre ou en mer, son parcours international, riche d’expériences. Face à des conditions de vie souvent extrêmes, une solide motivation était de rigueur, obligeantes équipes à se mettre en quatre, que ce soit concernant la gestion base vie à terre ou d’une base vie offshore en mer.

Alain versaille143

Biographie d'Alain Juignet

❤️« Le jour où je vais disparaître, j'aurai été poli avec la vie car je l'aurai bien aimé … et beaucoup respectée. Je n'ai jamais considéré comme chose négligeable l'odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme, le clapotis. Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. Je suis poli, voilà. Ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés. Le passé c'est bien, mais l'exaltation du présent, c'est une façon de se tenir, un devoir. Dans notre civilisation, on maltraite le présent, on est sans cesse tendu vers ce que l'on voudrait avoir, on ne s'émerveille plus de ce que l'on a. On se plaint de ce que l'on voudrait avoir. Drôle de mentalité ! Se contenter, ce n'est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l'on a, c'est un savoir vivre. »