Communiqué de Presse

 

 

LES COMMENCEMENTS DIFFICILES

Parmi les sentiers qui mènent à la vaillance, voici un des plus pénible à gravir !

Le boulanger aventurier se raconte dans un livre …

Bombe atomique, guerres, Allemagne de l’Est, tentative d’assassinat…Alain juignet, boulanger de formation, raconte dans un livre ses aventures sur les quatre continents.

 Avec ton cerveau en plastique tu n’iras pas loin…  

 Alain juignet est enfant lorsqu’il est foudroyé par cette phrase lancée par son institutrice iL la prend comme un défi et se lance dans un challenge. Il veut faire le tour du monde. Sans certificat d’études, il s’engage en tant qu’apprenti boulanger à 14 ans. Suivant des études en école hôtelière, puis des contrats dans des palaces français. « Ça ne me convenait pas, je voulais voyager », explique l’aventurier. Âgé d’une vingtaine d’années, Alain Juignet arrive à se faire embaucher dans la compagnie transatlantique (marine marchande). Après quelques séjours en Méditerranée et sur des plateformes pétrolières au Congo en tant qu’intendant, il prend la direction de la Polynésie française.

Témoin de quatorze essais atomiques…  

« Ils cherchaient du monde pour travailler pendant les essais nucléaire », raconte le boulanger qui s’est transformé en spécialiste de l’hôtellerie. Il sera notamment en charge de l’encadrement et de l’hébergement. Il reste trois ans à Mururoa. Le temps d’assister à quatorze tirs de bombes atomiques, dont la première bombe à neutrons.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Mais le jeune homme sans attache à la bougeotte…   

                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Alain Juignet finit par poser ses valises en Irak, en 1981. À l’époque, la guerre avec l’Iran fait rage. « J’étais chef d’hébergement sur la base vie d’une entreprise qui agrandissait la piste de l’aéroport Saddam Hussein de Bagdad », raconte le sarthois. « Toutes les magouilles étaient bonnes » la date du 7 juin 1981 restera gravée à jamais dans sa mémoire. Ce jour-là, « les Israéliens ont bombardé la centrale nucléaire d’Os Irak. J’ai vu quatorze bombardiers passés en rase mottes au-dessus de nous .Là j’ai eu peur. Il ne restait plus rien de la centrale. »                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Endurcie par ces expérience…    

  Alain Juignet est envoyé au Nigeria, alors en proie à de grandes tensions entre chrétiens et musulmans. Son rôle ? Acheter de la nourriture pour les camps de base vie pour Elf et d’autres entreprises du BTP. À l’époque, « il y avait beaucoup de fric en liquide. Si on n’est pas un peu voleur, on ne tient pas. Toutes les magouilles étaient bonnes. »

Les grosses valises de cash attirent les convoitises : « des hommes armés sont entrés dans le guest House ou on logeait. Ils ont abattu quatre décès de gardien. Il venait pour l’argent et pour nous tuer. »                                                                                                                                                                                                                                                                                          

Jusqu’en RDA…

En 1985, Alain Juignet est envoyé à Zwickau, en RDA pour gérer la base vie d’employés de Citroën, parti améliorer le fleuron de l’industrie est allemande : la fameuse Trabant. Problème : les supermarchés étaient souvent limités en produits. « Je devais aller à l’ouest pour trouver des choses qu’il n’y avait pas ici », raconte Alain Juignet. La Stasi (police politique est-allemande de la DDR) lui fait un laissez-passer. Mais « c’était donnant-donnant. Je devais leur rapporter des choses comme de la lingerie pour leurs femmes. »

Vingt ans après le début de ses aventures…

Le boulanger commence à se lasser. Il raccroche à 35 ans est définira carrière dans l’industrie agroalimentaire. Toutes ces les aventures, il les a consignés dans des carnets remplis scrupuleusement pendant vingt ans. Aujourd’hui, il publie un livre : (De Brazzaville à Singapour les Tribulations d’un boulanger voyageur).

La devise de mon histoire :

Toujours oser, parfois composer, mais jamais renoncer.  

Catégories

Aucun évènement à afficher.

Voir les évènements archivés